Coopération spatiale

La coopération spatiale bilatérale franco-italienne est de loin la plus dynamique en Europe, les agences nationales de ces deux pays étant en particulier les seules à mener des activités liées à la dimension duale civil/militaire et au développement de lanceurs complets. Elle se base aujourd’hui sur des programmes bilatéraux civil et militaire structurants dans le domaine de l’observation de la Terre et des télécommunications mais aussi dans le cadre de programmes menés ensemble au sein de l’Agence Spatiale Européenne. Cette coopération se poursuit avec l’impulsion décisive de la France et de l’Italie concernant les lanceurs de nouvelle génération, Ariane 6 et Vega C/E, et une volonté commune d’enrichir et de promouvoir une gamme complète de lanceurs européens.

De solides bases

La France et l’Italie sont deux pays européens aux politiques spatiales particulièrement proches : intérêt stratégique marqué pour l’accès à l’espace, forts programmes d’initiative nationale au service des communautés publiques utilisatrices, attachement aux aspects duaux de l’espace, volonté de structurer et de développer encore ce secteur en plein essor.

L’accord intergouvernemental de coopération bilatérale dans le domaine spatial, signé pour une durée de 10 ans en 2007 et dont le renouvellement est en cours de discussion, témoigne de la volonté commune d’ancrer la collaboration franco-italienne dans la durée, de la renforcer et de l’inscrire dans le contexte des programmes de l’agence spatiale européenne (ASE) et de l’UE.

Au niveau bilatéral, les deux pays collaborent dans les domaines civil et militaire au travers de leurs agences spatiales (CNES et ASI) et de leurs ministères de la défense (DGA et SGD, CDE et UGS) :

  • en matière d’observation de la terre, l’Italie et la France collaborent dans le cadre de ORFEO (Optical and Radar Federated Earth Observation), un programme d’observation de la Terre à haute résolution, destiné à une exploitation duale, civile et militaire. Il comprend deux composantes spatiales, l’une optique réalisée par le CNES (Pléiades) et l’autre radar réalisée par l’ASI (CosmoSkyMed). Pléiades et CosmoSkyMed représentent une contribution essentielle à Copernicus et symbolisent parfaitement le rôle moteur du couple franco-italien dans l’observation de la Terre. Cette complémentarité, étendue au strict domaine militaire par la participation italienne au programme militaire HELIOS 2 (à dominante F), est amenée à se poursuivre avec les prochaines générations de satellites, CSO (F) et CSG (I), pour lesquelles le développement d’une plateforme d’interopérabilité a été engagé en novembre 2019.
  • en matière de télécommunications spatiales, la France a réalisé avec l’Italie les projets Athena-FIDUS (satellite de fourniture de services de télécommunication civils et militaires à haut débit, lancé le 6 février 2014 et opéré par la France) et SICRAL 2 (capacités en matière de télécommunications militaires sécurisées, lancé le 26 avril 2015 et opéré par l’Italie).

Outre ces coopérations bilatérales, la France et l’Italie coopèrent également intimement dans le cadre de programmes de l’Agence Spatiale Européenne (ASE), en particulier sur les programmes scientifiques et ceux relatifs aux lanceurs.
Le CNES et l’Agence Spatiale Italienne (ASI) ont signé fin 2020 un MOU pour le développement conjoint de l’instrument MAJIS pour la mission JUICE d’étude de Jupiter et de ses lunes.
Sur le volet défense aussi, les deux pays comptent parmi les acteurs majeurs de programmes européens conduits dans le cadre de la Coopération Structurée Permanente (CSP), notamment dans les domaines de la radionavigation, des télécommunications ou de la surveillance de l’espace.
En dehors des frontières de l’UE, la France et l’Italie, associées aux USA et à la Grande-Bretagne, mettent par ailleurs leurs capacités nationales en matière de communications sécurisées au service de l’OTAN dans le cadre du MOU CP130, signé début 2020.

Enfin cette coopération institutionnelle se double d’une coopération industrielle forte qui s’appuie sur l’alliance spatiale formée entre les sociétés franco-italiennes Thales Alenia Space (67% Thales, 33% Leonardo, orientée vers le développement et la fabrication de satellites) et Telespazio (67% Leonardo et 33 % Thales, orientée vers les services).

Une vision commune du futur

Sur ces bases solides, la France et l’Italie ont cherché à pérenniser leur coopération, que ce soit au niveau européen ou bilatéral.

Lors de la conférence ministérielle des pays membres de l’Agence Spatiale Européenne de décembre 2014, la convergence de vues entre l’Italie et la France a permis entre autre de lancer les programmes Ariane 6 et Vega C autour du développement commun d’un nouvel étage à poudre, en mobilisant au niveau national les ressources financières permettant un haut niveau de participation. Cet engagement a été maintenu lors de la conférence ministérielle de l’Agence Spatiale Européenne de novembre 2019 à Séville au cours de laquelle la France et l’Italie ont apporté les financements nécessaires pour améliorer la compétitivité de Ariane 6 et Vega C et développer les briques technologiques du futur. L’Italie et la France ont également fait front commun sur les programmes d’observation de la Terre (Copernicus et son successeur) et sur les programmes d’exploration.

Liens web
o CNES : http://www.cnes.fr/
o ASI : http://www.asi.it/
o ASE : http://www.esa.int/ita/ESA_in_your_country/Italy

Dernière modification : 15/11/2021

Haut de page