Coronavirus Covid-19 : situation en Italie

Recommandations sanitaires

RÉGIONS ITALIENNES : ZONES ROUGE, ORANGE, JAUNE ET BLANCHE

En raison de l´augmentation du nombre de cas de Covid-19, les autorités italiennes ont adopté de nouvelles restrictions liées au contexte sanitaire. Le décret-loi (DPCM) en vigueur du 16 janvier au 27 mars instaure quatre catégories de risque de transmission du virus selon les régions italiennes :

- zone rouge pour un risque maximal  : Basilicate, Molise
- zone orange pour un risque élevé : Abruzzes, Campanie, Émilie-Romagne, Lombardie, Marches, Ombrie, Piémont, Province autonome de Bolzano, Province autonome de Trente, Toscane
- zone jaune pour un risque modéré : Calabre, Frioul-Vénétie Julienne, Latium, Ligurie, Pouilles, Sicile, Val d´Aoste, Vénétie
- zone blanche pour un risque réduit : Sardaigne

Le placement d’une région dans l’une de ces trois catégories est décidé par le ministre de la Santé, en tenant compte de nombreux indicateurs. Chaque région peut renforcer les mesures restrictives (au niveau des provinces voire des communes). La situation sanitaire est donc réévaluée régulièrement ainsi que le classement des régions Par conséquent les voyageurs sont invités à vérifier leur statut avant tout déplacement en consultant la carte géographique et la FAQ du gouvernement ainsi que les sites des régions,

Au niveau national, des restrictions s´appliquent dans les 3 zones (rouge, orange ou jaune). En zone blanche des mesures spécifiques pourront être adoptées :

- un couvre-feu de 22h00 à 5h00 du matin (saufs pour des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité) ; une attestation (disponible sur le site du ministère de l’Intérieur) devient nécessaire pour toute sortie pendant les horaires du couvre-feu ;
- l’interdiction jusqu’au 27 mars de se déplacer entre les Régions (même entre zones jaunes) ;
- la fermeture des spectacles, des congrès, des salles de sport et piscines ; dans les zones jaunes, les musées pourront rouvrir en semaine.
- la fermeture des services de restauration sur place (bars, pubs, restaurants, glaciers,...) à 18h00 ;
- l’obligation de porter un masque en permanence : dans les lieux fermés accessibles au public, mais aussi dans les lieux fermés autres que les domiciles privés, et à l’extérieur ;
- l’interdiction des festivités en intérieur ou en extérieur, à l’exception de celles liées à des cérémonies civiles ou religieuses
- la recommandation d’éviter les festivités dans les domiciles privés et de s’abstenir de recevoir des personnes extérieures au foyer (max. 2 personnes).

Dans les zones orange et rouge des restrictions supplémentaires, notamment en matière de déplacements, sont imposées :

Zones orange
 :
- interdiction des déplacements à partir de et vers ces zones (saufs pour des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité), ainsi que les déplacements entre les communes de ces zones ;
- les services de restauration (bars, pubs, restaurants, glaciers,...) peuvent rester ouverts uniquement pour la vente à emporter.

Zones rouge :
- fermeture des services de restauration (bars, pubs, restaurants, glaciers,...) ainsi que des commerces (hormis alimentaires ou de première nécessité) et activités de service aux personnes ;
- interdiction des déplacements à partir de, vers et à l´intérieur de ces zones (saufs pour des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité).

Le transit par ces zones reste autorisé, à condition que le déplacement soit motivé par des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité, ou le retour au domicile habituel.

Dans plusieurs cas, les déplacements doivent être justifiés par une attestation (appelée "autodichiarazione’’ et téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur) :
- pendant le couvre-feu
- entre les régions
- en zone orange et rouge, hors de la commune
- en zone rouge, hors du domicile

ENTRÉE SUR LE TERRITOIRE ITALIEN

Tous les voyageurs doivent remplir ce formulaire avant d’entrer sur le territoire italien et prendre connaissance, en le signant, de ce document d’information.

L’obligation de dépistage dépend du pays de provenance ou de résidence dans les 14 jours qui précèdent le voyage en Italie (et non de la nationalité du voyageur). Un questionnaire interactif très utile vous permettra de connaître les mesures applicables à votre propre situation (italien/anglais).

Pour les personnes arrivant d´un pays de la liste dite « Elenco C » : France, Allemagne, Grèce, Irlande, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark (y compris les îles Féroé et le Groenland), Estonie, Finlande, France (y compris la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte, mais à l’exclusion d´autres territoires situés en dehors du continent européen), Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas (à l´exclusion des territoires situés en dehors du continent européen), Pologne, Portugal (y compris les Açores et Madère), République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne (y compris les territoires du continent africain), Suède, Hongrie, Islande, Norvège, Liechtenstein, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco.

Les voyageurs (y compris mineurs) qui, au cours des 14 derniers jours, ont séjourné ou simplement transité par ces pays doivent :
• se signaler dès l’arrivée à l’autorité sanitaire régionale (liste par région) ;
• présenter le résultat négatif d’un test moléculaire (PCR) ou antigénique de moins de 48h. Les voyageurs qui ne pourraient pas présenter ce document devront faire une quatorzaine (14 jours) en Italie (il n’est plus possible de faire le test en arrivant en Italie) ; la compagnie aérienne ne peut pas refuser votre embarquement au motif que vous n’avez pas fait le test en France puisque vous pouvez faire une quatorzaine en Italie.

De plus, l’Ambassade de France en Italie tient à jour une FOIRE AUX QUESTIONS les plus fréquentes sur son site internet (tests et voyageurs exemptés, déplacements entre la France et l’Italie)

Voyageurs exemptés de test et de quarantaine :
1. séjour ne dépassant pas 120 heures pour des besoins prouvés de travail, de santé ou d’urgence absolue ;
2. transit, par des moyens privés, sur le territoire italien pour une période n’excédant pas 36 heures ;
3. personnel sanitaire entrant en Italie pour l’exercice des qualifications professionnelles de santé ;
4. travailleurs frontaliers entrant et sortant du territoire national pour des raisons de travail avérées et pour le retour consécutif à leur résidence, leur logement ou leur séjour ;
5. personnel des entreprises et des institutions ayant leur siège social ou secondaire en Italie pour les déplacements à l’étranger pour des exigences de travail avérées ne dépassant pas 120 heures ;
6. fonctionnaires et agents, quelle que soit leur dénomination, de l’Union européenne ou des organisations internationales, les agents diplomatiques, le personnel administratif et technique des missions diplomatiques, les fonctionnaires et employés consulaires, le personnel militaire et le personnel de police d’État dans l’exercice de leurs fonctions ;
7. élèves et étudiants suivant un programme d’études dans un État autre que leur État de résidence, d’habitation ou de séjour, dans lequel ils retournent chaque jour ou au moins une fois par semaine.
8. équipage des moyens de transport.

Si vous arrivez d’un autre pays : consultez les conditions d’entrée en Italie sur le site du Ministère des Affaires étrangères.

Que faire en cas d’apparition de symptômes ?

Il convient de contacter :
• soit les médecins francophones connus des consulats français en Italie : Milan, Rome ou Naples ;
• soit les services sanitaires régionaux dont la liste est consultable sur le site du ministère italien de la Santé ;
• soit le 112 ou le 118, en cas de difficultés respiratoires ou en cas de malaise.
Ne pas aller aux urgences ni dans un cabinet médical, mais s’isoler strictement à domicile en attendant que les secours interviennent.

Dernière modification : 01/03/2021

Haut de page