Traité du Quirinal - 1 an après - 3. DÉVELOPPEMENT DURABLE [it]

3. DÉVELOPPEMENT DURABLE

Engagements-phares :

- Soutien des initiatives de coopération transfrontalières et transnationales entre les aires protégées françaises et italiennes, terrestres et marines ; objectif réaffirmé de faire de la Méditerranée une mer propre et écologiquement durable ; promotion d’un renforcement des dispositions des accords de commerce et d’investissement de l’Union européenne liées au développement durable, et leur bonne mise en œuvre, notamment le respect de l’Accord de Paris.

Réalisations :

- Mer Méditerranée : Grâce aux efforts déployés depuis de nombreuses années de concert par la France et l’Italie, l’Organisation Maritime Internationale a approuvé, le 10 juin 2022, la création d’une zone de contrôle des émissions d’oxydes de soufre et de particules (zone SECA) couvrant l’ensemble de la mer Méditerranée. Les deux pays ont également lancé avec leurs partenaires méditerranéens le «  Plan d’action Méditerranée exemplaire en 2030 » lors du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille en septembre 2021, afin de protéger la biodiversité marine, promouvoir la pêche durable, lutter contre la pollution marine et promouvoir le transport maritime durable. Elles soutiennent en outre l’initiative WestMED pour le développement de l’économie bleue en Méditerranée occidentale.

- En matière agricole, la France et l’Italie partagent un modèle commun, celui d’une agriculture forte diversifiée, et de qualité, avec de nombreux produits sous indications géographiques et appellations protégées. Pour préserver et développer ce modèle commun, les deux Etats entendent travailler ensemble au niveau européen en faveur de la résilience, la durabilité et la transition du système agricole et agroalimentaire (développement durable des filières agro-alimentaires et de l’agriculture biologique, lutte contre la déforestation…). Un protocole d’entente sur la bioéconomie et l’économie circulaire entre B4C (Bioeconomy for change, pour la France) et SPRING (pour l’Italie) a été signé en mars 2022. Une rencontre sur les indications géographiques a été organisée en avril 2022 à l’ambassade de France en Italie pour développer une approche commune, tandis que l’ambassade d’Italie à Paris a organisé un séminaire sur le même thème en novembre 2022.

Témoignage de deux jeunes Français conviés à participer à une réunion organisée par l’Italie sur le tourisme durable du 27 juin au 3 juillet 2022 à Sorrente. . Il s’agissait du 1er sommet « jeunes » organisé par l’UNWTO, agence dédiée au tourisme, dans le cadre du programme de développement durable à l’horizon 2030.
PNG
« Ce sommet a suscité chez beaucoup d’entre nous une prise de conscience : la nécessité de repenser le tourisme pour qu’il s’intègre encore mieux dans une démarche de développement durable et responsable ; la nécessité pour notre génération d’être des acteurs de cette mutation, au niveau global mais aussi au niveau local ; et enfin, réaliser à travers cette expérience que le tourisme rapproche les personnes, au-delà des différences, dans le respect de chaque culture et économie. Nous venions tous de milieux et de cultures différentes, cela ne nous a pas empêchés de réfléchir ensemble à des solutions pour un développement durable et responsable ».

Dernière modification : 25/11/2022

Haut de page