Visite de Nathalie Loiseau et Brune Poirson à l’EFSA [it]

Nathalie Loiseau et Brune Poirson se sont rendues vendredi 16 mars à l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) pour faire avancer la réforme du système d’évaluation des substances chimiques.

JPEG

Nathalie Loiseau, Ministre chargée des Affaires européennes et Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire se sont rendues au siège de l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) située à Parme pour examiner les voies d’amélioration de la transparence et l’indépendance du système européen d’ évaluation des substances présentes dans l’alimentation, après les polémiques sur le glyphosate et les crises sanitaires comme celle du fipronil dans les œufs.

Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes a déclaré, « les Français et les Européens ont le droit à une alimentation sûre et de qualité : aujourd’hui nous avons le devoir de renforcer le système européen d’évaluation et de gestion des risques. L’EFSA joue un rôle fondamental ».

Brune Poirson, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire a déclaré « Aujourd’hui nous avons tenu un dialogue ouvert et constructif avec l’EFSA, pour renforcer l’indépendance et la transparence de tout le système européen d’évaluation ».

La démarche des ministres fait suite au discours prononcé par le Président de la République en octobre 2017, aux Etats généraux de l’alimentation, au cours duquel il a évoqué le droit de chaque citoyen à avoir accès à une alimentation sûre et de qualité, ainsi que la nécessité d’assurer l’indépendance et la transparence des études scientifiques.

Pour atteindre cet objectif, Nathalie Loiseau et Brune Poirson ont évoqué quatre leviers d’action avec les représentants de l’EFSA :
- Améliorer la transparence en ouvrant l’accès aux données sur lesquelles se basent les décisions prises par les agences ;
- Garantir l’indépendance de l’expertise et la prévention des conflits d’intérêts ;
- Fixer des procédures claires en cas d’incertitude et d’avis scientifiques divergents ;
- Savoir traiter les divergences d’analyse entre agences nationales, européennes et internationales.

Dernière modification : 19/03/2018

Haut de page